En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
Vous êtes ici :  Accueil
 
 
 

Bienvenue sur le site d'Òc-Bi Occitania

Adissiatz ! 
Vous êtes sur le site d' ÒC-BI Occitània.
Vous pouvez aussi nous retrouver ici.
Retrouvez-nous sur notre page Facebook !

Association regroupant des parents et des enseignants et ayant pour but la 
promotion du bilinguisme français/occitan dans l'enseignement public. 
Secrétariat : 16, rue de Pujols 47300 Villeneuve-sur-Lot

Tél : 07/71/05/21/38
        Mail : ocbioccitania@free.fr
Convention pour l’enseignement de l’occitan dans les académies de la région Occitanie

convention_occitania.jpg

La région Occitanie a publié un communiqué concernant la signature de la convention pour l’enseignement de la langue occitane avec les académies de Toulouse et de Montpellier, en partenariat avec l’Office public de la langue occitane (OPLO), les départements d'Aveyron, de Haute-Garonne, du Gers, des Hautes-Pyrénées, du Tarn et du Tarn-et-Garonne, et la ville de Toulouse.

Communiqué de presse :

En partenariat avec l’OPLO, la région Occitanie et les académies de Toulouse et de Montpellier s’engagent pour l’enseignement de l’occitan

Montpellier, Toulouse, le 13 novembre 2020

En partenariat avec l'Office public de la langue occitane (OPLO), la région Occitanie, les académies de Montpellier et Toulouse signent les conventions pour l'enseignement de l'occitan. Les conseils départementaux d'Aveyron, de Haute-Garonne, du Gers, des Hautes-Pyrénées, du Tarn et du Tarn-et-Garonne, ainsi que la ville de Toulouse sont signataires de la convention établie avec l'académie de Toulouse.

La région met en œuvre une politique ambitieuse en faveur du développement de la transmission des langues catalanes et occitanes. Pour l'occitan, la région Occitanie et le ministère de l'Éducation nationale, réunis au sein de l'Office public de la langue occitane (OPLO), ont adopté dès 2017 une convention interacadémique afin de fixer un cadre relatif aux modalités d'enseignement de l'occitan dans les académies de Bordeaux, Limoges, Montpellier, Poitiers et Toulouse. Les conventions particulières avec les académies de Montpellier et de Toulouse, qui viennent d'être signées, en précisent les modalités de mise en œuvre.

« Je suis particulièrement attachée à la diversité culturelle et linguistique de notre région. Le catalan et l'occitan représentent un apport culturel favorable à la créativité, à la transmission et au lien social sur nos territoires, forgeant l'identité de notre Région. C'est pourquoi nous menons une politique volontaire et ambitieuse en faveur de leur développement et de leur valorisation. L'augmentation du nombre de locuteurs passe par l'enseignement de ces langues dès le plus jeune âge et durant tout le cursus scolaire. Faire perdurer l'enseignement des langues régionales est une nécessité culturelle et patrimoniale ! La signature des conventions constitue une des garanties » a déclaré Carole Delga, présidente de la région Occitanie.

« L'académie de Toulouse est très attachée à l'enseignement de l'occitan, de la maternelle à l'université, et il fait donc l'objet d'une politique active contribuant à sa transmission. Apprendre, connaître, pratiquer une langue régionale, c'est en effet se mettre en rapport avec une mémoire, une culture, c'est aussi se donner des atouts pour conforter la maîtrise de la langue française et aborder d'autres langues, c'est un moyen d'ouvrir l'esprit et d'appréhender l'altérité. Ainsi, la carte académique des langues vivantes prend en compte l'occitan et la formation de nouveaux enseignants en langue régionale est un axe de travail prioritaire de l'académie. Ce sont près de 30 000 élèves qui suivent un enseignement régulier d'occitan dans l'académie de Toulouse, dont plus de 6 000 en cursus bilingue. » a rappelé Mostafa Fourar, recteur de l'académie de Toulouse.

« Je me réjouis de la signature de cette convention. L'académie de Montpellier mène une action volontariste et dynamique en faveur de la transmission des langues et cultures régionales, l'occitan et le catalan. Cela permet d'ores et déjà à près de 14 000 élèves d'étudier l'occitan et à 1 300 de bénéficier d'un cursus bilingue à partir de la maternelle. Apprendre une langue régionale est un atout pour les élèves qui découvrent et s'approprient une culture et leur patrimoine régional, et s'ouvrent dans le même temps à l'apprentissage des langues vivantes. Cette convention permettra de développer les actions pluridisciplinaires et fédératives et les formations qui contribuent à la vitalité de notre action. » souligne Sophie Béjean, rectrice de la région académique Occitanie, rectrice de l'académie de Montpellier.

Selon Patric Roux, vice-président de l'OPLO : « Ces conventions sont essentielles pour assurer la transmission de la langue occitane dans les académies de Toulouse et de Montpellier pour les années à venir. Elles engagent les partenaires à conjuguer leurs efforts pour y renforcer durablement l'enseignement de l'occitan en fixant des objectifs précis et des moyens à allouer. Concrètement, elles garantissent la continuité des parcours, de la maternelle au lycée, en incluant un volet dédié à la formation des enseignants et consolident toutes les filières, notamment publiques et Calandretas ».

Partie intégrante du patrimoine français, la langue et la culture occitanes tiennent une place significative dans la construction de la citoyenneté, dans l'enrichissement de la personnalité et dans la compréhension de la France et du monde. Quatre orientations principales sont déclinées dans les conventions pour le développement et la structuration de l'enseignement de l'occitan signées avec les académies de Montpellier et de Toulouse :

· Un objectif de 26% d'élèves bilingues en plus grâce à l'ouverture de nouveaux sites d'enseignement dans le premier degré
· La construction ou le renforcement de cursus complets au sein de bassins éducatifs, afin d'assurer une continuité dans l'apprentissage linguistique
· La mise en place d'outils de pilotage qui auront vocation à faciliter le dialogue entre les services de l'Éducation nationale, les collectivités territoriales ainsi que les opérateurs associatifs qui œuvrent en faveur de l'enseignement de l'occitan
· La mise en place de moyens permettant d’accroître le nombre de futurs enseignants, comme les bourses Ensenhar financées par l'OPLO et le congé de formation pour l'Éducation nationale.

Une convention pour l'enseignement du catalan est également en cours de rédaction, en collaboration étroite avec l'Office public de la langue catalane. Elle devrait être signée en 2021. Cet engagement sera étendu au niveau international dans le cadre des orientations qui seront fixées dans la feuille de route de l'Eurorégion. En 2021, un plan transversal de valorisation de la diversité linguistique d'Occitanie sera mis en œuvre.ʼʼ

Qu'est-ce qu'un enfant bilingue ?

personnages_entiers_LG.jpg

Pour un enfant, être bilingue c'est avoir la capacité de
comprendre, parler, lire et écrire deux langues.

C'est construire petit à petit son langage, sa capacité à s'exprimer,
à dire le monde qui l'entoure de façon plus riche.

C'est voyager d'une langue à l'autre, dans chacun des moments de sa vie. 

Plus de la moitié de la population de la planète est bilingue ou multilingue. Dans la plupart des pays du monde, apprendre deux langues dès l'enfance est la norme.

Pour le psycholinguiste Gilbert Dalgalian, spécialiste du plurilinguisme, le bilinguisme précoce apporte de nombreux avantages de tous ordres : " un enfant bilingue s'habitue à désigner une même réalité en deux langues. C'est apprendre très tôt à accepter les différences (...) Il sera ainsi plus à l'aise pour aborder les mathématiques (grâce à des capacités d'analyse et de comparaison), pour découvrir et apprendre de nouvelles langues et il maîtrisera mieux l'orthographe du français ". 

Comment ouvrir une classe bilingue ?

L'Association ÒC-BI est à votre disposition pour tout renseignement et pour vous aider dans vos démarches.

Les parents désirant l'ouverture d'une classe bilingue dans l'école de leur(s) enfant(s) peuvent en faire la demande.

-faire circuler l'information et recenser le nombre de familles intéressées.

-solliciter les élus locaus. 

-contacter les responsables de l'Education nationale (inspecteur de circonscription pour le département, inspecteur pédagogique régional au Rectorat).

Témoignage d'une mère d'élève habitant et travaillant à Toulouse : 

" Je suis originaire la région nantaise, donc bretonne... J'ai des parents qui me parlaient breton quand j'étais petite. Nous avons choisi le bilinguisme pour nos enfants avec mon conjoint parce que ça les aidera plus tard dans leur développement et dans leur apprentissage de langues étrangères. De plus, le faire avec la langue régionale, c'est l'occasion de s'implanter un peu plus dans la région où nous vivons"; 

Réouverture du CIRDOC

cirdoc_obertura.jpeg


Madame, monsieur,
 

À compter du lundi 6 juillet, l'équipe du CIRDOC - Institut occitan de cultura est heureuse de vous accueillir à nouveau à la Mediatèca à ses horaires habituels d'ouverture et avec des modalités d'accueil élargies, dans le cadre de cette nouvelle étape de déconfinement et toujours dans le respect des normes sanitaires.
 

Conditions d’accès et de consultation :

Possibilité pour tous les usagers (dans la limite de 6 places assises isolées) de séjourner dans les espaces de lecture.

- L'installation en groupe, le prêt de casque, la consultation de la presse, ainsi que la Pichonetèca sont toujours inaccessibles. Les actions culturelles et accueils de groupe demeurent suspendus jusqu’à la rentrée de septembre.
 

- Horaires d’ouverture : la Mediatèca retrouve ses horaires d’ouverture habituels : le lundi de 13h30 à 18h00, et du mardi au vendredi de 10h00 à 18h00.

Pour accéder à la Mediatèca : se signaler par l’interphone Place du 14-Juillet (ou sur le parking pour les personnes à mobilité réduite) ; 10 usagers maximum et 6 places de travail disponibles.
 

Règles sanitaires et mesures barrières

Port du masque et désinfection des mains obligatoires, respect collectif de la distanciation physique. Gel hydroalcoolique mis à disposition ;  

Accès à l’ordinateur public limité à 30 min. WiFi disponible pour vos outils informatiques personnels sur demande à l’accueil de la Mediatèca ;

Nettoyage des espaces renforcé : tous acteurs ! Le matériel nécessaire est mis à votre disposition ;

- Les documents retournés demeurent soumis à une période de quarantaine de dix jours avant une nouvelle mise en circulation. Nous vous remercions de bien vouloir manipuler uniquement les documents nécessaires à votre recherche ou que vous désirez emprunter.

CIRDÒC
Institut occitan de cultura
Siège social et site Mediatèca
1, bis bld Du Guesclin
BP 180 - 34503 Béziers
Tel : 04 67 11 85 10

Site Etnopòle
Château d'Este
Avenue de la Pléiade
64140 Billière
Tel: 05 59 13 06 40

Lettre ouverte aux parlementaires (Collectif Pour Qur Vivent Nos Langues)

pour_que_vivent_nos_langues.jpg

Madame, monsieur

Le collectif « pour que vivent nos langues » représente les acteurs associatifs œuvrant pour la défense et le développement des langues régionales de France, notamment des acteurs du monde éducatif et culturel engagés dans la transmission de ces langues.

Il s’est adressé récemment au Président de la République, dans une lettre que vous trouverez en ligne sur ce lien. À la même adresse vous trouverez également les engagements du candidat Emmanuel Macron en faveur des langues régionales, et la tribune parue dans le Monde le 13 février 2020, signée de 130 universitaires.

Les associations que nous présidons sont engagées dans ce collectif depuis sa création à l'automne 2019 et ont participé notamment au rassemblement du 30 novembre à Paris.

Une centaine de parlementaires, dont la liste suit, ont apporté leur soutien à cette initiative et nous souhaitons les en remercier très chaleureusement : face notamment à la surdité du Ministre de l’Éducation nationale qui refuse de convenir des résultats désastreux pour nos langues régionales induits par la réforme des lycées, nous avons besoin de l’appui de nos élus.

C’est la raison pour laquelle nous nous adressons à vous : vous pouvez, si ce n’est déjà fait, faire connaître votre soutien à l’adresse du collectif : pour.que.vivent.nos.langues@gmail.com avec copie à la FELCO : lengadoc@felco-creo.org.

Nous vous remercions, madame, monsieur pour le soutien que vous apporterez à nos langues régionales, éléments du patrimoine vivant de la Nation.

Yan Lespoux, psdt de la FELCO – Fédération des enseignants de langue et culture d’oc – enseignement public, http://www.felco-creo.org/.

Gilbert Mercadier, psdt du Congrès permanent de la lenga occitana, https://locongres.org/fr/

Martine Ralu, psdte OCBI association pour le bilinguisme français – occitan dans l’enseignement public, http://oc.bi.free.fr/.

Liste des 100 parlementaires déclarant soutenir la lettre du collectif « Pour Que Vivent Nos Langues » à l’attention du Président de la République


 

François Alfonsi, député européen

Paul Molac, député du Morbihan

Jean-Félix Acquaviva, député de Haute-Corse

Ramlati Ali, députée de Mayotte

Maurice Antiste, sénateur de la Martinique

Viviane Artigalas, sénatrice des Hautes-Pyrénées

Erwan Balanant, député du Finistère

Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres

Esther Benbassa, sénatrice écologiste de Paris

Thierry Benoît, député d’Ille-et-Vilaine

Claude Berit-Debat, sénateur de la Dordogne

Martine Berthet, sénatrice de la Savoie

Benoît Biteau, député européen

Anne Blanc, députée de l’Aveyron

Maryvonne Blondin, sénatrice du Finistère

Eric Bocquet, sénateur du Nord

Yannick Botrel, sénateur des Côtes d’Armor

Sylvain Brial, député de Wallis-et-Futuna

Max Brisson, sénateur des Pyrénées-Atlantiques

Moetai Brotherson, député de Polynésie Française

Vincent Bru, député des Pyrénées-Atlantiques

Michel Canevet, sénateur du Finistère

Damien Carême, député européen

Michel Castellani, député de Haute-Corse

Joseph Castelli, sénateur de Haute-Corse

Jacques Cattin, député du Haut-Rhin

Annie Chapelier, députée du Gard

Paul Christophe, député du Nord

Jean-Michel Clément, Sénateur de la Vienne

Paul-André Colombani, député de Corse-du-Sud

David Cormand, député européen

Yves Daniel, député de Loire-Atlantique

Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique

Jennifer De Temmerman, députée du Nord

Jean-Pierre Decool, sénateur du Nord

Gwendoline Delbos - Corfield, députée européenne

Karima Delli, députée européenne

Pierre Dharréville, député des Bouches-du-Rhône

Jeanine Dubié, députée des Hautes-Pyrénées

Nicole Dubré-Chirat, députée du Maine-et-Loire

Frédérique Dumas, députée des Hauts-de-Seine

Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques

Jean-Jacques Ferrara, député de Corse-du-Sud

Jean-Luc Fichet, sénateur du Finistère

Bruno Fuchs, député du Haut-Rhin

Laurent Furst, député du Bas-Rhin

Joëlle Garriaud-Maylam, sénatrice des Français établis hors de France

Françoise Gatel, sénatrice d'Ille-et-Vilaine

Claude Gruffat, député européen

Danièle Hérin, députée de l'Aude

Patrick Hetzel, député du Bas-Rhin

Philippe Huppé, député de l’Hérault

Yannick Jadot, député européen

Bruno Joncour, député des Côtes d'Armor

Sandrine Josso, députée de Loire-Atlantique

Régis Juanico, député de la Loire

Claude Kern, sénateur du Bas-Rhin

Jacques Krabal, député de l’Aisne

Joel Labbé, sénateur du Morbihan

François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône

Jean Lassalle, député des Pyrénées-Atlantiques

Sandrine Le Feur, députée du Finistère

Marc Le Fur, député des Côtes d'Armor

Serge Letchimy, député de Martinique

David Lorion, député de la Réunion

Monique Lubin, sénatrice des Landes

Gilles Lurton, député d’Ille-et-Vilaine

Jacques Maire, député des Hauts-de-Seine

Graziella Melchior, députée du Finistère

Sophie Mette, députée de la Moselle

Jean-Marie Mizzon, sénateur de la Moselle

Bertrand Pancher, député de la Meuse

Jean-Jacques Panunzi, sénateur de Corse-du-Sud

Philippe Paul, sénateur du Finistère

Sylvia Pinel, députée de Tarn-et-Garonne

François Pupponi, député du Val d’Oise

Angèle Préville, sénatrice du Lot

André Reichardt, sénateur du Bas-Rhin

Frédéric Reiss, député du Bas-Rhin

Michèle Rivasi, députée européenne

Mireille Robert, députée de l’Aude

Sylvie Robert, sénatrice d'Ille-et-Vilaine

Caroline Roose, députée européenne

Claudia Rouaux, députée d’Ille-et-Vilaine

Martial Saddier, député de Haute-Savoie

Maïna Sage, députée de Polynésie française

Denise Saint-Pé, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques

Mounir Satouri, député européen

Hervé Saulignac, député de l’Ardèche

Raphael Schellenberger, député du Haut-Rhin

Jean-Bernard Sempastous, député des Hautes-Pyrénées

Gabriel Serville, député de Guyane

Jean Sol, sénateur des Pyrénées-Orientales

Eric Straumann, député de Haut-Rhin

Simon Sutour, sénateur du Gard

Marie Toussaint, députée européenne

Boris Vallaud, député des Landes

Arnaud Viala, député de l'Aveyron

Salima Yenbou, députée européenne

Jean-Marc Zulesi, député des Bouches-du-Rhône