En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.
 

Voeu de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée en faveur de l'enseignement de l'occitan

1280px-Hetel_de_reegion_dOccitanie_-_Toulouse_03.jpg

Voeu de la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée en faveur de l'enseignement de l'occitan (5 mars 2020 - texte intégral)

Dans un contexte de forte inquiétude au sein de la communauté enseignante et celle des parents d’élèves, sur fond de réforme du lycée sacrificielle pour une multitude d’enseignements, la question de l’accès à un enseignement public de l’occitan doit être portée au sein de cette Assemblée. En réduisant la place faite aux langues régionales dans les modalités du nouveau baccalauréat, ce sont, dès la rentrée 2019, plusieurs centaines de lycéens qui se sont retrouvés privés d’un enseignement de la langue occitane.
Les moyens humains, les formations de qualité, un recrutement ambitieux et surtout une volonté politique nationale sont les ingrédients indispensables au bon développement des langues.
Mais nul ne peut ignorer les différences de traitement entre les langues régionales en matière de moyens dédiés et de maillage du territoire. La Bretagne a, par exemple, pu inscrire sa convention spécifique pour la transmission des langues de Bretagne dans un document intitulé « Pacte d’Avenir pour la Bretagne ». La Corse, de son côté, progresse toujours plus et a créé une filière d’enseignement bilingue à parité horaire portant l’objectif de 2020 à 20 % de lycéens inscrits dans ce cursus. D’autres exemples pourraient être développés, qui illustreraient les écarts parfois abyssaux qui existent entre les régions, de quoi inciter à travailler à un alignement sur les langues les mieux dotées.
Malheureusement, l’inégalité existe également au sein d’un même espace linguistique.
Le 26 janvier 2017, une convention-cadre « pour le développement et la structuration de l’enseignement contribuant à la transmission de l’occitan dans les Académies de Bordeaux, Limoges, Montpellier, Poitiers et Toulouse » était signée à Toulouse entre la Ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, les Présidents des Régions Occitanie-Pyrénées-Méditerranée et Nouvelle Aquitaine et la Présidente de l’Office Public de la Langue Occitane.
Rappelons que cette convention-cadre engage les signataires pour une période de cinq ans (de 2019 à 2022) et a pour objectifs principaux :

 de valoriser la langue et la culture occitanes,
 de développer l’enseignement bilingue,
 d’en faciliter l’accès au plus grand nombre,
 d’en assurer la continuité de l’école au lycée,
 et d’informer les familles des possibilités d’enseignement.


Restaient cependant à signer les déclinaisons académiques de ce document officiel, déclinaisons qui précisent la mise en oeuvre effective du dispositif et indiquent des objectifs chiffrés de développement de l’enseignement de l’occitan.
Les conventions particulières pour le développement et la structuration de l’enseignement de l’occitan ont fait l’objet de signatures le 11 décembre 2017 pour l’Académie de Bordeaux et le 2 février 2018 pour l’Académie de Limoges. Toulouse et Montpellier sont en attente.

Les conseillers régionaux d’Occitanie, réunis en assemblée plénière le 5 mars 2020 :
- demandent aux Académies de Toulouse et de Montpellier de s’engager rapidement dans la signature des conventions pour le développement et
la structuration de l’occitan,
- interpellent le Ministère de l’Education nationale afin que l’enseignement public de la langue occitane obtienne la considération et les moyens nécessaires au titre de l’égalité territoriale,
- demandent au Ministère de l’Education nationale de procéder aux réajustements nécessaires des réformes du lycée et du baccalauréat pour élargir et revaloriser l'offre d'enseignement des langues régionales au lycée qui a été très fortement réduite par les nouvelles modalités.


Catégorie : Archives - 2020

Qu'est-ce qu'un enfant bilingue ?

personnages_entiers_LG.jpg

Pour un enfant, être bilingue c'est avoir la capacité de
comprendre, parler, lire et écrire deux langues.

C'est construire petit à petit son langage, sa capacité à s'exprimer,
à dire le monde qui l'entoure de façon plus riche.

C'est voyager d'une langue à l'autre, dans chacun des moments de sa vie. 

Plus de la moitié de la population de la planète est bilingue ou multilingue. Dans la plupart des pays du monde, apprendre deux langues dès l'enfance est la norme.

Pour le psycholinguiste Gilbert Dalgalian, spécialiste du plurilinguisme, le bilinguisme précoce apporte de nombreux avantages de tous ordres : " un enfant bilingue s'habitue à désigner une même réalité en deux langues. C'est apprendre très tôt à accepter les différences (...) Il sera ainsi plus à l'aise pour aborder les mathématiques (grâce à des capacités d'analyse et de comparaison), pour découvrir et apprendre de nouvelles langues et il maîtrisera mieux l'orthographe du français ". 

Comment ouvrir une classe bilingue ?

L'Association ÒC-BI est à votre disposition pour tout renseignement et pour vous aider dans vos démarches.

Les parents désirant l'ouverture d'une classe bilingue dans l'école de leur(s) enfant(s) peuvent en faire la demande.

-faire circuler l'information et recenser le nombre de familles intéressées.

-solliciter les élus locaus. 

-contacter les responsables de l'Education nationale (inspecteur de circonscription pour le département, inspecteur pédagogique régional au Rectorat).

Témoignage d'une mère d'élève habitant et travaillant à Toulouse : 

" Je suis originaire la région nantaise, donc bretonne... J'ai des parents qui me parlaient breton quand j'étais petite. Nous avons choisi le bilinguisme pour nos enfants avec mon conjoint parce que ça les aidera plus tard dans leur développement et dans leur apprentissage de langues étrangères. De plus, le faire avec la langue régionale, c'est l'occasion de s'implanter un peu plus dans la région où nous vivons";