En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés.
Mentions légales.

Les langues-cultures, moteurs de démocratie et de développement 

lengas_culturas.jpg

L’actualité le montre : les recompositions géopolitiques à la faveur de la mondialisation et de la médiatisation des échanges, mais aussi de la crise du système néolibéral, suscitent un regain des aspirations identitaires. Si, en négatif, celles-ci se traduisent par des nationalismes xénophobes voire guerriers, les formes démocratiques et progressistes, notamment sur le terrain régional, sont, elles aussi, bien réelles. Le panorama est ainsi éclairé par des fulgurances, marquées par une logique d’ensemble, à en juger par l’actualité écossaise, catalane, corse, camerounaise anglophone, néo-calédonienne, kurde… Des aspirations linguistico-culturelles et territoriales, enfouies jusqu’ici sous la gestion d’appareils d’État et de marchés, renaissent au grand jour. Les citoyen·ne·s sont incité·e·s à se réenraciner dans une culture plus profonde, dont les fondamentaux sont d’ordre anthropologique. Leurs « armes cordiales » sont les sciences humaines et sociales, la littérature et les arts, l’éducation scolaire et populaire, les médias, le tourisme… L’objectif est une démocratisation culturelle et un développement durable, cosmopolite certes, mais aussi auto-centré dans le cas des cultures dominées.

L’avenir dira qui, des forces de régression nationalistes et xénophobes ou des forces de paix et d’inclusion, l’emportera. Dans ce livre, les auteur·e·s font le pari d’une évolution plus harmonieuse et apportent leur expertise et leurs expériences à cet égard. En cette année déclarée «  année des langues autochtones  » par l’Unesco, voilà un enjeu altermondialiste majeur.

 Les auteur·e·s sont universitaires, spécialistes des langues ou des cultures, pédagogues praticiens, français ou d’autres origines et nationalités : arménienne, belge, brésilienne, italienne, ivoirienne, marocaine, suisse, togolaise, yéménite. Giovanni  Agresti, Fares Al Ameri, Saïd Benjelloun, Philippe Blanchet, Martine Boudet, Claude  Calame, Joëlle Cordesse, Gilbert Dalgalian, Gaid Evenou, Camille  Gourdeau, Sílvia  Maria Manfredi, Kako Nubukpo, Pierre Jérémie Piolat, Giovanni  Poggeschi, Caroline Roussy, Claude Sicre, Christian  Tremblay, Jean Philippe Zouogbo.

 Avec la participation de la Délégation de la langue française et des langues de France/DGLFLF (ministère de la Culture) et du Carrefour Culturel Arnaud Bernard de Toulouse.

Disponible en librairie ou bien sur le site de l’éditeur :  cliquer ici, une version électronique est également disponible au format PDF. 


Catégorie : Archives - 2020

Loi Molac : communiqué de presse du CREO

La loi Molac, une chance pour l'enseignement de l'occitan.

Le CREO Toulouse, association des enseignants d'occitan, se félicite de l'adoption de la loi en faveur des langues régionales, le 8 avril 2021.


Au delà de réelles avancées historiques qui permettent la reconnaissance d'une signalétique français -occitan dans notre région, ou le droit de donner un prénom occitan en respectant l'orthographe normalisée, les progrès sont tangibles pour l'enseignement de l'occitan dans notre académie de Toulouse.


Un forfait scolaire pour les Calandretas

La loi permet à un enfant habitant une commune, où l'occitan n'est pas enseigné, de bénéficier d'un forfait scolaire pour aller dans une Calandreta. Les mairies qui ne disposent pas d'école bilingue, devront allouer un budget pour les enfants de ces écoles associatives.


Un enseignement en immersion


La loi laisse la possibilité aux écoles de proposer un enseignement immersif, sans caractère obligatoire et sans préjudice pour l'acquisition du français. Il s'agit d'une 3e voie, en parallèle de l'enseignement public bilingue. Une grande partie des apprentissages se fait dans une seule langue, l'occitan et le français s’introduit progressivement. L’enfant est ainsi parfaitement bilingue à la fin du primaire. Ce système existe déjà chez nous, hors l'enseignement public, avec les Calandretas.


L'apprentissage de la langue occitane proposé à tous


Partout en Occitanie tous les élèves, qui le souhaitent, pourront désormais apprendre l'occitan. La langue régionale est offerte à tous et devient donc une matière optionnelle et facultative, dans le cadre de l'horaire normal d'enseignement. C'est pour nous la mesure la plus forte qui permettra de consolider l'enseignement de l'occitan qui connaît un réel engouement chez nos jeunes.